samedi 20 juillet 2013

Reflets de Thaïlande N°3

Bangkok la Noire
Hervé Grillot et Chris Coles

Diapoésies


1€99, ISBN 979-10-91328-05-0 (version PDF)
Résumé
Bangkok, qui est plébiscitée par les voyageurs et les candidats à l’expatriation, est aussi réputée pour sa vie nocturne. Cette dernière est un vortex qui aspire toutes sortes de femmes et d’hommes, des transsexuels, de toutes nationalités, dont seuls les plus forts et les plus chanceux arrivent à en échapper et à en sortir indemnes. La nuit bangkokoise les révèle, quelquefois malgré eux, et les visages que nous découvrons peuvent être en contradiction avec ceux qu’ils nous présentent ou croient nous présenter dans leur vie de tous les jours, cette vie prétendue normale.

Bangkok la Noire est un monde qui ne voit jamais la lumière du jour, ni aucun rayon de soleil. Tout n’est que ténèbres, néons rougeoyants et autres éclairages artificiels multicolores, clignotants, réfléchis…

« Alors, les dernières filles de là-bas / Reprennent ensemble le blues du paysan d’Isan / La complainte de sa chienne de vie / Qui les a poussées, elles, vers la Ville »

« 30 ans en Asie, Hong Kong, Jakarta / Singapour, Shanghai, Saïgon / Et Bangkok où il joue et jouera / jusqu’à la fin […] / Il use tellement de vies / Qu’il en oublie de les compter »

« Les nuits de Bangkok / Sont remplies de petits amis/ Des toms et des dees / Et tout ce qui va avec / Regarde autour de toi ! »


Les auteurs
Hervé Grillot vit actuellement en Thaïlande. Il interprète librement les peintures de Chris Coles et les rend sous la forme de diapoésies, comme autant de scènes d’un monde flottant.

Chris Coles est un peintre et vidéaste américain qui partage son temps entre Bangkok et les États-Unis. Sa peinture expressionniste porte un regard sans complaisance, ni pitié, ni dégoût sur les personnages souvent tragiques qui peuplent la nuit de la « Cité des anges ».

© Éditions GOPE, juillet 2013


***

Achetez Reflets de Thaïlande N°3, 1.99€, version PDF, auprès de l'éditeur, ici :




Ou chez Numilog

mardi 14 mai 2013

Reflets de Thaïlande N°2

Androgenia
Pierre Etchart

Journal intime

2€99, ISBN 979-10-91328-03-6 (version PDF), ISBN 979-10-91328-04-3 (version EPUB)

Résumé
C’est un adage bien connu : il ne faut jamais dire « Fontaine… ». Après avoir plusieurs fois abordé le sujet (sur lequel on peut toujours s’étendre) au cours de mini-reportages, et encouragé par des amis pourtant hétéros purs et durs, le journaliste en herbe fait une incursion dans l’univers étrange des transsexuels, et, même s’il en est revenu depuis, découvre une réalité très éloignée de celle présentée par les médias.
Préférant le récit à l’analyse, il se contente de coucher (sic) ses impressions du moment, parfois naïvement, mais toujours avec sincérité, de façon à garder les traces de son passage [à l’acte] dans ce que beaucoup pourraient considérer comme une transgression. Loin de tout militantisme et de toute provocation, il ne s’agit ici que de dévoiler une des mille facettes de la nature humaine, complexe et mystérieuse.
Ce faisant, ces confessions sur l’oreiller permettent aussi de démontrer que, en respectant les règles et les personnes, on peut  transformer Pattaya la sulfureuse en une sorte d’abbaye de Thélème (« Fais ce que voudras ») chère à Rabelais, avec une énorme différence : loin d’être une utopie réservée à une élite, cette réalité est très accessible [aux citoyens lambda], pour peu que l’on s’en donne les moyens et que l’on adopte la bonne attitude.

Pour public averti.

L'auteur
Amoureux de l’Asie, Pierre Etchart se définit comme un opportuniste ne pouvant compter que sur sa bonne étoile, ce qui l’a bien servi jusqu'à présent, malgré les inévitables accidents de parcours.
Tombé sous le charme de la Thaïlande en 1997, il ne pourra plus en partir et consacre une partie de son temps à partager ses expériences, au-delà de tout prosélytisme, par écrit, sous différents pseudos et sur différents supports (Internet et magazines format Gutenberg).

© Éditions GOPE, mai 2013.




***

Quelle verve ! Quelle secousse ! Quel jus !  Quelle santé, aussi ! Au mot « santé », sans la moindre hésitation, j’ajoute un « i », un « e », un « t », ce qui donne le mot « sainteté » – à ne surtout pas confondre avec « saleté ». Car c’est du propre, Etchart ! Du qui brille, du qui défonce, du qui honore, du qui aime. Notre Pierre est un agitateur de mots, un remueur de verbes et non de merde, un fomentateur de bons coups. Et le bon coup, visiblement, c’est lui. Il joue en con – et non au con –, en cul, en bouche. Il joue/jouit en mot, en verbe, en rythme. « “Fuck me ! me cries-tu, raeng-raeng ! (plus fort !)” Je pars au trot, puis au galop, je m’emballe jusqu’à m’écrouler au dernier saut d’obstacles, m’effondrant en hennissant, dégringolant, haletant, le museau enfoui et envapé dans la soie capiteuse de ta crinière. » Alléluia, Pierre ! Et quand tu te fais bistouquer par un ladyboy, c’est pour la jouer sport – un peu aussi par charité. « Je ne me sens pas du tout comme une femelle qui se fait mettre. Je suis toujours le mâle dominant, mais je me mets sur un pied d’égalité, pour être juste fair-play, poli, courtois, et recevoir mon hôte comme il se doit. »
Un être bienfaisant, assurément, ce Pierre ! Bouddha est en lui, c’est certain. 
Cyril Namiech (auteur de Thaïlande guili-guili – Éditions Gope), à chaud, juste après la lecture de Androgenia.


De la dynamite transtextuelle... quel talent ! 
Dans une langue pleine de verdeur et de vigueur, l'auteur raconte avec un talent rare ses amours tarifés à Pattaya avec des filles et des transsexuels thaïs (kathœys). C'est brillant, enlevé, plein de verdeur et de fougue. L'impression d'être là-bas, de prendre sa douche dans une chambre de passe, de s'essuyer avec la serviette élimée. Quelle langue ! Quelle verve ! Une superbe claque littéraire. Attention, ça décoiffe, chochottes s'abstenir, c'est pour les grands garçons. Ceux qui n'ont pas froid aux yeux. 

Un petit extrait :
« Avec son minois angélique et ses accroche-cœur, pensant que je pouvais avoir un doute sur sa féminité, elle me fait, en me regardant droit dans les yeux : “ I’m a ladyboy, you know ? ” Au cas où je n’aurais pas percuté… »

On a envie d'en reprendre, de risquer l'overdose. Un talent vient de naître, c'est rare. Espérons que ce texte n'est que le premier d'une longue série.

À consommer sans modération. D. Cohen



Le troisième sexe est très présent en Thaïlande, mais les rencontres horizontales avec ces androgynes amazones restent le plus souvent des jungles secrètes.
Dérangeant et captivant, ce petit livre décapant, à ne laisser ni à portée des enfants, ni à celle des “bien-pensants”, ne laissera personne indifférent... Lire l'article paru dans Le Paris Phuket N°19

Christophe Chommeloux, juillet 2013.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Achetez Reflets de Thaïlande N°2, 2.99€, version PDF ou EPUB, auprès de l'éditeur, ici :


Format


Ou chez :

vendredi 15 mars 2013

Reflets de Thaïlande N°1

La photo
Nouvelle de Collin Piprell

Aventure

2€99, ISBN 979-10-91328-01-2 (version PDF), ISBN 979-10-91328-02-9 (version EPUB)

Résumé
Il y a des jours comme ça… où l’on se retrouve avachi au fond d’un bateau, sur la rivière Kok, quelque part au nord de la Thaïlande… où l’on est coincé entre un bellâtre australien, globe-trotter devant l’Éternel, une bombe sexuelle écossaise flanquée de sa compagne féministe jusqu’au bout des ongles et un couple d’Américains moyens…

L’occasion de vérifier si, en effet, la vie est un long fleuve tranquille, dans ce coin reculé, avec un groupe de touristes en goguette, assoiffés d’authenticité et de couleur locale ?

Il y a la gueule de bois, conséquence des excès de la veille, le ciel chargé de nuages menaçants, la moiteur de l’air, le bruit assourdissant du moteur diesel de l’embarcation, la nature sauvage et hostile, plus le babillage permanent de tous ces personnages que le hasard a entassés sur cette pirogue.

Ajoutons à ce cocktail détonant, le climat tendu, dans ce Triangle d’or où se rejoignent les frontières de la Thaïlande, du Laos et de la Birmanie, et où Khun Sa, le fameux roi de l’opium et le chef de la soi-disant armée de l’État Shan a décidé d’en découdre avec la police et tous les citoyens et touristes américains qui ont l’outrecuidance de s’aventurer sur son territoire.

Tous les ingrédients sont réunis pour une excursion mémorable… la journée va être longue, à n’en pas douter… et le temps est à l’orage…


L'auteur
Collin Piprell est un écrivain canadien installé à Bangkok.

Il est surtout connu pour un humour qui souvent frise le cynisme, une imagination qui lui fait inventer des situations originales complètement ubuesques, un talent avéré pour camper des personnages hauts en couleur et un sens de la repartie qu’il exploite dans de truculents dialogues.

Traduit de l’anglais par Laurence Ricciardi. 
© Éditions GOPE, mars 2013, pour la traduction française.



***

« [...] j'ai lu la nouvelle sur ebook, elle est très sympathique, bien adaptée au format. » E.D.

« [...] J'ai profité d'un week-end à Bangkok pour lire sur le Kindle REFLETS DE THAILANDE N°1.
Techniquement, le texte s'affiche bien.
Le contenu : roman intéressant pour passer un moment agréable. 
Le personnage principal , style baroudeur alcolo, un air de déjà vu en Thailande… » M.G.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

E-BOOK : le début de la fin ? Lire l'article paru dans Gavroche N°223-mai 2013

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Achetez Reflets de Thaïlande N°1, 2.99€, version PDF ou EPUB, auprès de l'éditeur, ici :


Format


Ou chez :